LES ARTISTES EN RESIDENCE


BIOGRAPHIES :

 

 

Diplômé de l'Université de Yale et du Conservatoire de Paris, FRANÇOIS SALQUE est, très jeune, primé dans les concours internationaux (Genève, Tchaïkovsky, Munich, Rostropovitch, Rose...).  « La sensibilité et la noblesse de son jeu » alliées à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permet de remporter pas moins de dix premiers prix et autant de Prix spéciaux.

Ses concerts l'ont déjà mené dans plus de soixante-dix pays et ses disques en soliste et en musique de chambre en compagnie de Paul Meyer, Emmanuel Pahud, Eric Le Sage ou Alexandre Tharaud ont été salués par la presse (Diapasons d'Or de l'année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l'académie Charles Cros, Victoires de la Musique, Palme d'Or de la BBC…).

François Salque signe également sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste. Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces de compositeurs contemporains, notamment de Thierry Escaich, Karol Beffa, Nicolas Bacri, J

ean-François Zygel, Jean-Frédéric Neuburger, Krystof Maratka ou Bruno Mantovani.

Il est également à l'origine de nombreuses créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles et enregistre deux albums particulièrement originaux en duo avec l’accordéoniste de jazz Vincent Peirani.

Sa profondeur musicale, sa technique et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique.

François Salque enseigne aujourd’hui le violoncelle à la Haute École de musique de Lausanne et la musique de chambre au Conservatoire de Paris

 

« Un souffle extraordinaire » Concerto.net

« Fantaisie et liberté. Son glorieux et maîtrise totale… Un Salque aux phrasés vibrants et intenses. » Diapason

« François Salque est impérial dans tout ce qu'il approche » Diapasontemps avec une grande intelligence » (Henry Dutilleux)

« Un interprète particulièrement sensible qui interprète la musique de notre

« François Salque est exceptionnel dans toutes ses interprétations » Sud-Ouest

« François Salque montra une technique supérieure, une maîtrise et une qualité de son alliées au génie de l'interprétation qui en fait l'un des plus indiscutables musiciens actuels.»  Jean-Guillaume Lebrun, Magazine En Concert (critique d'un concert au Théâtre du Châtelet)

 

***

 

 

XÉNIA MALIAREVITCH découvre le piano à Saint-Petersbourg. De retour en France, après ses études au Conservatoire National de Région de Nancy couronnées par des médailles d'or de piano et de musique de chambre, elle est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Gérard Frémy et dans celle de Christian Ivaldi et Ami Flammer. Après avoir obtenu ses premiers prix de piano et de musique de chambre, elle se perfectionne auprès d'Ana Chumachenko, Joseph Silverstein, Jean-Jacques Kantorow et Pierre-Laurent Aimard.

Chambriste reconnue, elle remporte de nombreuses récompenses en formation sonate : elle est lauréate au concours de Guérande, puis aux concours internationaux de musique de chambre de Pinerolo en Italie, de Katherinholm en Suède ou Pierre Lantier à Paris.

Xénia Maliarevitch a donné de nombreux récitals en France, en Italie, en Suède,en Russie, en Allemagne. Elle s'est produite avec François Salque, Alexis Galpérine, Lise Berthaud, Patrick Messina....

En septembre 2014, elle sort son premier album (Rachmaninov/Kodaly) avec la violoncelliste Clara Zaoui chez Lyrinx. 

Elle est également directrice artistique des Musicales de Redon. 

Passionnée par l'enseignement, elle est actuellement professeur au Conservatoire de Poissy.

 

***

 

Extrêmement douée et polyvalente, LUCINDA CARVER poursuit une carrière de premier plan en tant que pianiste, claveciniste et chef d’orchestre. En tant que Membre de Fulbright en Autriche, elle a donné beaucoup de concerts dans toute l’Europe. Elle a joué comme soliste avec l’Orchestre philharmonique Los Angeles, l’Orchestre de chambre de Los Angeles, Paci cation Symphony, Musica Angelica, Capella Salisburgensis, Augusta Symphony, l’Orchestre de chambre de Santa Barbara et Manhattan Philarmonic, et a fréquemment eu le double rôle de soliste et chef d’orchestre dans des concertos pour piano de

Mozart avec l’Orchestre Mozart de Los Angeles. Lucinda s’est produite sur scène en tant que soliste ainsi que dans des récitals de musique de chambre au Festival Bach de Carmel, au Festival Mozart de San Luis Obispo, au Festival de Musique Prince George, et sous l’égide de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles et de l’Orchestre de chambre de Los Angeles. Ses interprétations ont été diffusées sur les ondes de National Public Radio, WNYC, WGBH à travers les États-Unis et localement sur KUSC et K-Mozart.

Elle a figuré comme chef d’orchestre invitée de l’Orchestre symphonique national, de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, de l’Orchestre philharmonique de Brooklyn, de l’Orchestre de chambre de Los Angeles, de la Paci c Symphony, de Richmond Symphony et du Hong Kong Philarmonic et a mené des productions d’opéra avec l’Opéra de New York, l’Opéra du Minnesota, l’Opéra lyrique du Kansas et l’Opéra de la Virginie. Les professeurs de Mme Carver comprennent des pianistes légendaires tels Murray Perahia, Gary Graffman, Hans Leygraf et John Perry. Carver est professeur de piano, de clavecin, de chef d’orchestration et vice-doyenne de la Division Of Classical Performance and Composition à USC (University Of Southern California) Thornton School Of Music et Directrice artistique du Festival de musique de chambre de Centrum Port Townsend, Washington.

 

***

 

Directrice artistique et altiste de l’Ensemble Calliopée, KARINE LETHIEC est aujourd’hui reconnue pour son exigence et son ouverture artistique. Son travail depuis quinze ans lui donne une place de choix parmi les musiciens recherchés, notamment pour son expertise en matière de musique de chambre.

Artiste éclectique, cultivée, sensible et passionnée, elle trace avec brio le chemin de l’Ensemble Calliopée, à l’égal des meilleures phalanges européennes, en proposant une programmation et des choix basés sur la curiosité, la découverte et le besoin de donner un sens profond à l’acte intime de la création. L’Ensemble Calliopée est en résidence au Musée de la Grande Guerre des Pays de Meaux pour une programmation Musique et Histoire. Diplômée des Conservatoires supérieurs européens de Lyon, Paris, Genève et Berne, elle est lauréate du Concours International Tertis et de la Fondation Banque Populaire Natexis. Elle est titulaire du CA et enseigne l’alto aux conservatoires de la Ville de Paris (8e) ; elle est également conseiller aux études au conservatoire du 8e.

Elle aime la transmission sous toutes ses formes et s’engage dans différents projets culturels et pédagogiques : nombreuses émissions radiophoniques sur France Musique et France Inter, partenaire du projet pédagogique La main à la pâte du Prix Nobel feu Georges Charpak, partenaire du projet Musique et Science en collaboration avec l’Institut d’études scienti ques de Cargèse (Corse), auteur du  lm H136 sur la redécouverte d’une partition de Martinu, membre du Mouvement Janacek en France. Jury de nombreux concours musicaux et littéraires, elle assure la direction artistique de différentes manifestations et festivals (dont le Festival Amadeus à Genève de 2004 à 2009).

Avec son ami l’astrophysicien Hubert Reeves, elle conçoit de nombreux spectacles associant Cosmos et Musique, notamment Mozart et les Étoiles. Elle a enregistré l’intégrale des quintettes de Mozart avec le quatuor Stradivari (Dynamic). Très intéressée également par les nouveaux répertoires, Karine Lethiec défend la création musicale en commandant, programmant et interprétant des œuvres nouvelles (plus d’une trentaine de créations). Elle a enregistré le concerto de Kryštof Maratka Astrophonia avec l’Orchestre philharmonique de Radio-France (France Musique) et le Talich Chamber Orchestra (Arion). Son jeu généreux, ses connaissances et l’étendue du répertoire pour toutes les formations écrites avec son instrument en font une artiste très sollicitée par diverses formations de musique de chambre ; ses voyages musicaux l’ont menée au Concertgebouw d’Amsterdam, au Festival de Ravinia à Chicago, au Théâtre des Champs-Elysées, aux Philharmonies de Irkousk et Vladivostok, au Festival d’Athènes au temple d’Hérode Atticus, au Festival de Tempelhof de Berlin, à l’Ermitage de St Petersbourg, à la Philharmonie tchèque à Prague...

 

***

 VINCENT PEIRANI :

 

Après des études de musique classique en accordéon et en clarinette puis de nombreux prix et récompenses internationaux, Vincent Peirani s’oriente vers le jazz et les musiques improvisées en faisant ses classes au CNSM de Paris dans le département jazz.

 Révélé lors du concours de Jazz de la Défense en 2003, il commence à se produire aux côtés de nombreux musiciens :

 Marcel Azzolla, Jean Paul Céléa, Denis Charolles, Bruno Chevillon, Manu Codjia, Denis Colin, Médéric Collignon, Vincent Courtois, Lars Danielsson, Laurent Dehors, Thomas de Pourquery, Minino Garay, Renaud Garcia Fons, Fred Gastard, Yaron Herman, Stéphane Huchard, Daniel Humair, François Jeanneau, Sylvain Luc, François Merville, Christophe Monniot, Youn Sun Nah, Émile Parisien, Dominique Pifarély, Michel Portal, Louis Sclavis, Éric Séva, Henri Texier, Ulf Wakenius, Louis Winsberg, Daniel Zimmerman... 

 Mais aussi dans la chanson, la world musique et la musique classique :

 Roberto Alagna, Le Cirque des Mirages, Mireille Delunsch, Kiko Ruiz, Laurent Korcia, Lansana Kouyaté, Art Mengo, André Minvielle, Quai n°5, François Salque, Sansévérino, Cheikh Tidiane Seck, Les Yeux Noirs

 Parallèlement à toutes ces activités, Vincent Peirani monte également ses propres projets: un solo intitulé "L'ébruiteur", son duo avec Vincent Lê Quang (disque "Gunung Sebatu" paru en février 2009 chez Zig Zag Territoires), son autre duo avec François Salque (disque "EST" paru en février 2011 chez Zig Zag Territoires), "Living Being", quintet rock électrique avec Émile Parisien, Yoan Serra, Tony Paeleman & Julien Herné, et "Séjalan" quintet pop-world co-dirigé avec la chanteuse franco indonésienne Serena Fisseau.

 

 ***

 CHANTEURS D’OISEAUX :

 

  Nos deux chanteurs, durant leur enfance, étaient voisins dans un petit village à une lieue, à vol d’oiseau, de la Baie de Somme. Fréquentant la même école, les mêmes terrains de jeux et les mêmes marais, ils découvrirent très vite leur don pour les imitations de cris d’oiseaux. Ce don, ils l’exercent et le peaufinent alors dans un seul but : briller lors des concours de chants d’oiseaux et en particulier, le plus réputé, celui d’Abbeville.

 Leur talent les amène à participer à diverses émissions radiophoniques et télévisuelles, au bruitage d’une pièce de théâtre au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, à l’animation de la soirée de clôture du Festival animalier de Namur...

 En 2006, une idée, des plus improbables, sera concrétisée par le directeur du Festival des Forêts de Compiègne : celle de placer, sur la même scène, le pianiste compositeur et improvisateur Jean-François Zygel et « ces deux oiseaux ». Ils participeront avec celui-ci au Cabaret Classique, une émission hebdomadaire sur France musique, et seront les invités de son émission La Boîte à Musique.

 En 2016, les Chanteurs sont les invités de La Folle Journée de Nantes. Pour l’occasion, le magazine Télérama leur consacre un reportage et, pour la région Ouest, la photo de sa couverture. Ils ont également participé à la 28e cérémonie des Molières aux côtés d'Alex Lutz et ont fait sensation lors de La Nuit de la Voix 2016. En 2017 ils sont l'une des révélations des Victoires de la musique Classique.  Dès le printemps, ils se sont envolés vers le Japon, la Russie et la Pologne célébrant le mariage entre la musique inventive et les sons de la nature. 

 Ils collaborent également aux projets artistiques de Pierre Hamon, Geneviève Laurenceau, Shani DiLuka, Esteban Valdivia, Denis Savary, Cécile Le Tallec, Bertrand Belin, Yannick Jaulin…

****

 

LE QUATUOR USC "QUADROPHONIC"

QUADROPHONIC QUARTET : quatuor formé de 4 très talentueux musiciens, étudiants à la célèbre Thornton school of Music de l’Université de Californie du Sud, il se compose de Leonard Chong au violon, Kwi-Eun Kim au violon, Leah Hansen au violoncelle et Yun-Chieh (Jenny) Sung à l’alto. Ces musiciens ont été spécialement choisis pour former un quatuor dédié aux Rencontres franco-américaines de musique de chambre 2018.

Yun-Chieh (Jenny) Sung est née à Taiwan où elle commença à jouer du piano dès l’âge de 3 ans avant de se tourner vers l’alto à 9 ans.

En 1ère année d’études à la Thornton School of Music de l’Université de Californie du sud (USC) avec le professeur Che-Yen Chen, elle s’est fait remarquer lors de ses études secondaires ayant obtenu un 1er prix de concertiste soliste.  Invitée par la compositrice Maria Newman à jouer lors du festival de Malibu, elle a également joué de nombreuses fois sur d’autres scènes californiennes et travaillé auprès de grands musiciens tels Paul Silverthorne, Michael Strauss et Vlad Bogdanas.

 

Hwi-Eun Kim, d’origine coréenne, a commencé ses études de violon à 7 ans. Après avoir étudié à l’Institut Curtis et à la Juilliard School de New York, elle poursuite ses études de doctorat auprès de Glen Dicterow à la Thornton School of Music (USC). Elle donne de nombreux récitals et concerts, principalement de musique de chambre, aux Etats-Unis et à l’international.

 

Leah Hansen, violoncelliste depuis l’âge de 3 ans, n’a que 22 ans et, déjà, fait montre d’un impressionnant palmarès ayant remporté de nombreux prix, dont une première bourse d’études en tant que lauréate, à 8 ans, du concours de la Société de violoncelle de Los Angeles. Elle a d’ailleurs été choisie par son université, USC, où elle est étudiante en Masters avec le professeur Andrew Shulman, pour jouer lors de plusieurs cérémonies de remises de diplômes. En 2014, elle a joué avec Elton John et Kristen Chenoweth. Plus récemment, elle a été invitée par l’orchestre symphonique de Culver City à jouer le concerto de Haydn en ré majeur en tant que soliste et elle est remplaçante au sein de l’orchestre de musique de chambre de Los Angeles.

 

Leonard Chong Talentueux violoniste, récompensé par de très nombreux prix, il a commencé sa carrière de soliste dès l’âge de 10 ans et se produit régulièrement avec de nombreux orchestres symphoniques. Il a suivi des masterclasses avec de grands artistes comme Shmuel Ashkenazy, Emmanuel Borok ou Anne Akiko Meyers.

Eclectique, avec son trio MC², il a remporté le 1er prix de la section ensembles du concours de l’Association nationale des professeurs de musique ( MTNA) et a joué au cinéma dans le film Eagle Eye. Il poursuit ses études à la Thornton School of Music (USC) avec le Dr. Lina Bahn.

 ****

 

 le QUATUOR LUMOS

 Née en 1999, ANNA SYPNIEWSKI a commencé l'alto à l'âge de 5 ans au CRR de Toulouse, dans la classe de Valérie Apparailly où elle a obtenu son prix avec les félicitations en juin 2015. Elle remporte à l’âge de 15 ans le premier prix au Concours national des jeunes altistes. Anna est sélectionnée pour participer aux sessions 2015 et 2016 de l’Orchestre Français des Jeunes.

 

Elle a bénéficié des conseils de Sabine Toutain, Françoise Gneri, Lise Berthaud, Michel Michalakakos lors de diverses master-classes. Elle est admise à l’unanimité en février 2016 au CNSMD de Paris où elle étudie actuellement dans la classe de Jean Sulem.

 

 

 

Né à Paris le 23 août 1995, JEROEN SUYS commence le violon à l’âge de six ans dans la classe de Jean-Yves Branquet au Conservatoire du VIe arrondissement de Paris.

De 2007 à 2014, il étudie avec Christophe Poiget au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt. Jeroen y reçoit également les conseils de Xavier Gagnepain et de Bertand Raynaud.

Il suit des master-classes auprès Véronique Bogaerts, professeur au Conservatoire royal de Bruxelles et Thierry Huchin, membre de l’Orchestre de l’Opéra de Paris.

Depuis 2013, il est membre de l'Orchestre français des jeunes sous la direction de Dennis Russell Davies.

Jeroen étudie actuellement au CNSMDP avec Ami Flammer et Frédéric Laroque.

 

Musicienne depuis son plus jeune âge, YAORE TALIBART a toujours eu une attirance particulière pour la musique de chambre, qu’elle découvre en même temps que son apprentissage du violon. Elle expérimente très tôt un vaste répertoire et de nombreuses formations, du duo à l’orchestre de chambre.

En 2003, elle entre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris dans la classe de Serge Pataud où elle obtient son diplôme à l’unanimité du jury. Elle remporte en 2010 un Premier Prix au concours Vatelot. En 2013, elle entre au CNSM de Paris, où elle est admise dans la classe de Boris Garlitsky. Elle y poursuit actuellement ses études avec Philippe Graffin. Elle est invitée depuis plusieurs années par différents festivals. Elle a bénéficié des conseils de Yovan Markovitch, Jérôme Pernoo, Pavel Vernikov, Abdel Rahman El Bacha, Emmanuelle Bertrand— avec qui elle partage la scène en septembre 2015. Sa passion pour la musique de chambre la mène à jouer sur de grandes Scènes Nationales.Séduite par le travail orchestral, elle est admise à l’Académie de l’Orchestre de Paris. En février 2015, elle participe aux créations des quatuor et sextuor du compositeur Jules Matton. En parallèle, elle se joint à de nombreux projets originaux et créations, notamment avec les frères Moutin, le contrebassiste Petros Klampanis, le guitariste Gilad Hekselman, ou encore le pianiste Thomas Enhco. Depuis 2014, elle s'associe à l'ensemble vocal Apostroph', avec lequel elle travaille sur un répertoire contemporain français.

 

JEREMY GARBARG incarne la nouvelle génération du violoncelle français.

 

À 22 ans, il est déjà lauréat de nombreux concours internationaux et nationaux - 3ème Prix et Prix du Public au Concours International Dr Luis Sigall de Viña del Mar (Chili), 3ème Prix au Concours International Johannes Brahms de Poertschach (Autriche), 1er Prix à la FNAPEC, Louis Rosoor, Vatelot-Rampal, VioloncellenSeine, etc., tout en poursuivant ses études en Master au CNSM de Paris dans la classe de Jérôme Pernoo.

 

Son jeu "bouleversant et d'une générosité magnifique" tel que le décrit Nicolas Darras de La Lettre du Musicien, l'amène à se produire aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Italie, au Chili, et en Corée du Sud.